Les Archives départementales du Nord à la pointe de l’innovation !

Mercredi 8 et jeudi 9 juin, les utilisateurs de Mnesys se réunissent aux Archives Départementales du Nord pour les 8e Journées Mnesys. Jeudi 9 juin, nous en profiterons pour visiter ce nouvel espace ouvert en 2013, premier bâtiment d’archives à énergie positive. En effet, l’ancien bâtiment de magasins datant des années 50 menaçant ruine et étant devenu techniquement obsolète,  le département du Nord a entrepris en 2004 l’étude puis la réalisation d’un nouveau bâtiment à la pointe de l’innovation, tant du point de vue de la conservation des archives que du développement durable.

Nous avons voulu en savoir plus sur ce nouveau bâtiment et avons posé quelques questions à Pierre Demoussel, Responsable informatique aux AD 59, tant à propos de la participation des archivistes du service dans le projet que des enjeux de l’énergie positive sur la conservation des archives.

Comment s’est passé la construction de ce bâtiment ? Avez-vous eu des échanges avec les Archives de France  ?

L’équipe projet du Département du Nord (tant celle des Archives départementales que celle de la direction chargée des grands projets de bâtiments) a travaillé en étroite interaction avec les Archives de France tout au long de la conception du bâtiment (puis de sa réalisation), en particulier sur la définition des exigences climatiques dans les magasins d’archives, qui a été révisée par les Archives de France sous l’impulsion de ce projet et, parallèlement, de celui des Archives nationales à Pierrefitte.

Dans quelle mesure les agents des Archives Départementales du Nord ont-ils été mobilisés autour du projet ?

Les archivistes ont été étroitement associés à toutes les phases du projet : évaluation des besoins, élaboration du programme fonctionnel, suivi de la réalisation notamment dans les phases impactant le bâtiment existant (déconstruction de l’ancien dépôt) et dans l’articulation du déménagement des archives avec la livraison des magasins et leurs finitions.

Pouvez-vous m’en dire plus sur l’énergie positive – comment cela se traduit-il en terme de stockage, conservation, traitement de vos archives ?

Le concept d’énergie positive repose sur la différence entre la quantité d’énergie renouvelable produite par le bâtiment et celle qui est importée depuis l’extérieur et qui est principalement de l’énergie d’origine non renouvelable, et qui est nécessaire à son fonctionnement.

Les panneaux photovoltaïques sur le toit des archives. Crédit photo Sergio Garzia

Les panneaux photovoltaïques sur le toit des archives. Crédit photo Sergio Garzia

L’énergie renouvelable repose sur la production électrique conjointe de panneaux photovoltaïques et d’un moteur fonctionnant à l’huite végétale d’une part et de la chaleur qu’il produit d’autre part. Cette chaleur est directement utilisée pour traiter l’air qui alimente les magasins d’archives : elle contribue à la déshumidification de l’air en été et permet de le réchauffer en hiver. En outre, l’air entrant et l’air sortant s’échangent des calories et une partie de leur humidité afin d’accroître le rendement du système. Ainsi, en hiver, l’air en provenance des magasins, va réchauffer l’air neuf entrant beaucoup plus froid.

Une sur-isolation confère au bâtiment une inertie hygro-thermique très importante, de sorte que des conditions extrêmes ou des variations brutales à l’extérieur ont peu d’impact à court terme sur les magasins. Lorsque les conditions climatiques sont trop sévères pour la capacité de régulation du système, celui-ci coupe, le temps nécessaire, toute arrivée d’air extérieur.

Ainsi, le système permet d’obtenir durablement un air qui se situe entre 16°C et 22°C, et entre 40% et 60% d’humidité, avec de faibles variations quotidiennes et hebdomadaires.

Emma Moulin

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *