Mettre en ligne ses collections de musée : quels enjeux ?

Pourquoi mettre en ligne ses collections ? Quel est l’intérêt pour le musée, pour le visiteur ? Annie Philippon, responsable du service des collections au service des musées de la Ville de Marseille, répond à nos questions et revient avec nous sur l’expérience de la Ville de Marseille dans la mise en ligne des collections de ses musées.

 

Quelles ont été les motivations qui vous ont poussées à mettre en ligne vos collections?

Il y a d’abord différentes façons de mettre en ligne les collections, à travers une base de données ou un outil de valorisation. Nous avons déjà une base de données interne à la ville de Marseille. Celle-ci est transverse : il est possible de consulter l’ensemble des collections des établissements de la ville de façon croisée. La base de données a plutôt un intérêt pour les chercheurs. Nous cherchions un outil permettant de mettre plus en valeur notre fond en ajoutant des informations sur les contenus et surtout en sélectionnant des pièces emblématiques de chacun des établissements de la ville de Marseille, qui puissent être représentatives et donner envie de venir voir le fonds.

 

A ce propos, quels sont ces fonds que vous avez choisis de mettre en ligne ? Sont-ils visibles au musée, ou seulement en réserve ?

La base de donnée regroupe tous les fonds confondus même ceux qui ne sont pas montrés. Nous avons essayé de mettre en ligne les pièces les plus représentatives du musée, afin de donner aux gens une bonne idée du contenu, et pour leur donner envie de venir ! Nous avons également décidé de présenter des corpus autour de la programmation des Musées, qui, de la même façon, donnent une bonne idée des collections que l’on peut avoir autour d’une thématique donnée. Cela offre un accès plus fouillé que dans une base de données.

 

Selon vous, qu’apporte cette mise en ligne aux visiteurs ? Fonctionne-t-elle comme une préparation à la visite ?

Ce n’est pas seulement une mise en ligne : on peut consulter le site d’un musée sans avoir envie de le visiter. C’est d’abord une façon de faire connaître les fonds plus directement que via une base de données. C’est vraiment le côté représentatif du fonds qui nous intéresse. On espère tout de même que ce soit un outil de préparation à la visite car on souhaite enrichir le site en ajoutant et en donnant accès aux outils de visite dont nous disposons.

 

Aviez-vous un site web avant de mettre en ligne vos collections sur un portail dédié?

Disons que la Ville de Marseille avait un site web, mais c’est un site qui ne va pas en profondeur, et qui n’est pas équipé non plus pour montrer les collections. Les collections constituent réellement l’identité du musée, c’est important de pouvoir les valoriser, d’avoir un portail dédié à ces collections.

 

Avez-vous ciblé un public type sur votre portail ou celui-ci est-il ouvert aussi bien aux professionnels qu’aux amateurs, curieux ?

Le portail est pour nous un accès vers nos musées et vers différents types de consultation : il est évident que le professionnel, le scientifique, ne va pas chercher les mêmes choses que le visiteur. C’est pour cette raison que l’on essaie de donner dans ce portail des clés pour aller plus loin. Pour les scientifiques, on renvoie vers une base de donnée qui existe. Il est utilisé comme un menu, une carte de visite : l’internaute recherche une information et s’il souhaite aller plus loin, il y a d’autres possibilités : venir au musée, s’enrichir au sein de la base de données pour consulter. C’est pour nous un outil de communication qui nous permet d’augmenter la visibilité des musées, pas seulement en parlant des horaires et des accès mais en parlant des contenus, qui sont le coeur des musées !

 

La visibilité des musées passe donc selon vous, avant tout par la valorisation de leurs oeuvres ?

Oui, mais aussi en faisant des choix : notre propos n’est pas d’être exhaustif mais de proposer des centres d’intérêts, notamment à travers les expositions virtuelles qui donnent à découvrir, et qui donnent envie de découvrir.

 

Emma Moulin

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *